Briser le silence autour de la maltraitance des personnes âgées

Publié le -

Dans notre société actuelle, le nombre de personnes âgées est en augmentation constante. Dès lors, il semble essentiel de protéger nos aînés, leur permettre de vieillir dans la dignité et les traiter avec respect et bienveillance. Pourtant, près de 30% des personnes âgées interrogées dans le cadre d’une étude portant sur leur bien-être estiment avoir déjà été victimes de l’une ou l’autre forme de maltraitance.

 

Qu’est-ce que la maltraitance des personnes âgées ?

 

On parle de maltraitance lorsqu’un acte (ou justement l’omission d’un acte) posé au sein d’une relation personnelle ou professionnelle porte atteinte à la personne âgée sur le plan physique, psychologique ou matériel. La maltraitance est souvent intentionnelle, mais parfois, les personnes qui posent de tels actes ne se rendent pas compte qu’ils font du mal. Quoi qu’il arrive, c’est le ressenti de la personne âgée qui prime : si elle s’est sentie maltraitée, même si ce n’est arrivé qu’une seule fois, alors il est primordial d’en tenir compte.

On peut distinguer plusieurs types de maltraitances :

  • Les négligences. Il s’agit de ne pas tenir compte des besoins essentiels de la personne en ce qui concerne la nourriture, l’hygiène, les déplacements, les soins.
  • La maltraitance psychologique. Elle peut se présenter sous des formes très variées : dévalorisation, insultes, menaces, humiliation, abus d’autorité, infantilisation, etc.
  • La maltraitance financière. Par exemple le vol ou l’utilisation non autorisée de biens, d’argent ou de cartes bancaires, la signature forcée, l’héritage anticipé, la privation de ressources, etc.
  • La maltraitance civique. Il s’agit de priver la personne de ses droits, de contrôler ses relations, ne pas respecter ses choix et sa vie privée, de la placer sous protection juridique alors que ce n’est pas nécessaire, etc.
  • La maltraitance médicale. Les soins peuvent être inadaptés ou brusques, ou il y a absence de soins/ d’informations données à la personne.
  • La maltraitance physique ou sexuelle.

Il ressort également de l’étude citée plus haut que le niveau d’insertion sociale des seniors joue un rôle important dans la protection contre les maltraitances. Les personnes qui entretiennent des relations solides, sur le long terme et qui peuvent se confier facilement à leurs amis, leur famille ou d’autres intervenants sont moins souvent victimes de maltraitances. Il faut donc combattre l’isolement des personnes âgées.

 

Trouver de l’aide

 

Relativement peu de personnes savent qu’il existe des associations de lutte contre la maltraitance des personnes âgées. En voici deux :

  • Wallonie: Respect Seniors propose un accompagnement individuel de la personne. L’équipe peut écouter et réfléchir à des solutions concrètes. Elle se déplace à domicile, en institution ou à l’hôpital si nécessaire. Naturellement, le secret professionnel est de rigueur. Respect Seniors peut aussi répondre tout simplement à vos éventuelles questions.
    Appel gratuit au 0800 30 330 du lundi au vendredi de 9h à 17h.
  • Bruxelles: Ecoute Seniors est la ligne téléphonique mise en place par l’ASBL Infor-Homes. Tout comme Respect Seniors, Ecoute Seniors est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions, et vous offre une écoute personnalisée et un appui. L’équipe peut envisager des solutions concrètes à vos problèmes.
    Contact via le 02 223 13 43, le lundi (12h30-16h), le mercredi (12h30-16h) et le vendredi (9h-12h30).
    Également par mail.
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.